Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mars 2007 5 02 /03 /mars /2007 12:24

Du Garde Champêtre au Policier Municipal…

Qui ne conserve pas dans un recoin de mémoire, figées, les images surannées du débonnaire garde champêtre moustachu ou celle du tonitruant crieur public ventripotent ? Autres temps, autres mœurs !

La Police Municipale a supplanté ces délicieux personnages d’antan. Au fil des ans, elle se professionnalise, s’équipe, se forme. Pression des lois de décentralisation ? Évolution des missions ? Durant 4 jours 3 policiers municipaux ont participé à une formation de maniement du «Tonfa», bâton de défense. Le «Tonfa» était un outil agricole utilisé par les paysans japonais qui servait de manivelle pour faire tourner les meules et moudre le grain, parfois il servait d’arme. Sur le tatami de la salle de judo, la concentration est perceptible, le sérieux de mise. Eric Calsina, Brigadier Chef de la PM de Perpignan mais surtout moniteur 2ème degré à la FITBS pro (Fédération Internationale du Tonfa Bâton Self) encadre ce stage de formation. Le Chef Patrice Sirejol, les gardiens : Rémi Caler, Nicolas Porra apprennent à manipuler cette arme de défense, classée en 6ème catégorie. Ils assimilent aussi les gestes techniques d’intervention et le «menottage». Ces techniques policières visent à maîtriser un individu. Par la suite, ces policiers devront participer périodiquement à des stages obligatoires de recyclage. Après habilitation par la Préfecture, tout un chacun pourra découvrir le « Tonfa » à la ceinture des agents. La Police Municipale en pleine mutation « Nous participons de plus en plus à des missions de police de proximité. Nous collaborons étroitement au quotidien avec la Gendarmerie. La Police Municipale est entrain de bien se structurer. Bientôt Thuir flirtera avec les 10 000 habitants ! » Affirme le Chef de la PM Patrice Sirejol. «Je pense que dans l’avenir une police de la Communauté de communes s’établira » Souligne-t-il. 

A Thuir, ils sont 5 PM et 1 Agent de surveillance de Voie Publique. Le service dispose désormais d’un véhicule bien équipé de type « scénic». Ses missions de police relèvent d’une relation quotidienne de proximité avec les habitants. Il s’agit là de prévention et de médiation. La Police Municipale possède un domaine de compétence très étendu. Elle procède notamment aux enquêtes administratives, intervient en cas d’incivilité sur le domaine public, de flagrant délit. Elle est habilitée à relever par P.V les infractions au code de la Route, à procéder au dépistage alcoolémique. Toutes les missions pénales qui le nécessitent sont effectuées sous l’autorité d’un Officier de Police Judiciaire.

La PM assure un rôle de Police des marchés, de sécurité lors des cérémonies officielles, à l’occasion des festivités, de sécurisation de la sortie des écoles. Elle s’emploie à recueillir les objets trouvés ou perdus, et les déclarations de chiens dangereux. La police municipale a pour avantage la continuité, car il n'y a pas de turn-over d'effectifs comme dans la Gendarmerie. Les policiers municipaux habitent Thuir, ce qui permet d'établir des rapports de confiance et d’écoute avec la population. Jean-Luc Modat

Repost 0
Published by Jean-Luc Modat - dans REPORTAGES
commenter cet article
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 11:05

HARO SUR LE POIDS DES IMAGES !

Quand le passé et ses traditions rencontre le virtuel et ses provocations… ça donne une surprenante exposition photos Pop’Art au Musée des Arts et traditions populaire jusqu’au 4 Mars…Entrez donc !

Quand les visiteurs poussent la porte, ils sont aussitôt interpellés. Certains sont hilares, d’autres restent dubitatifs, mais jamais indifférents ! A y regarder de plus prés, cette exposition avant-gardiste, révèle le regard excentrique voire décalé, que porte l’artiste sur notre époque. Son talent réside en sa capacité à bousculer valeurs convenues et principes établis dans l’esprit de chacun. Il dénonce le poids trop fort de l’image et le concept du paraître qui conditionnent notre comportement au quotidien. Ainsi, se joue-t-il avec humour et provocation, des interdits, des tabous, des stéréotypées, des mythes, des espaces et du temps…Il se plait à désacraliser. Là, c’est un Hitler affublé d’un nez de clown, puis De Gaulle en revue de troupes dénudées. Plus loin Staline, en DJ de boîte de nuit, et l’idole Zidane…à vous de voir ! Au sortir de l’expo, l’artiste est là, discret…

C’est Grégory Herpe. Une pointe d’accent parisien, la quarantaine flamboyante, c‘est un volubile, Grégory. Tiens, prenons le temps de le rencontrer ! Tour à tour, acteur, scénariste, chanteur, réalisateur de films, écrivain, metteur en scène de théâtre et de concert, journaliste, animateur radio… Il a la passion des Arts chevillée au corps. Les hasards de vie le mènent à poser ses malles bourrées de talents à deux pas de Thuir. Qu‘importe les lieux, l‘homme est insatiable. «La photo était l’une de mes vieilles passions. Hélas, mes nombreuses occupations ne me permettaient pas de m’y investir complètement.» Livre-t-il simplement. Jeune, il fréquentait les expos du Centre Pompidou où il s’est pris de passion pour le Pop’Art abrégé de «popular art. «Pour créer une photo composition je dois parfois réaliser plus de 100 clichés de détails. Je sélectionne un ovale de visage de célébrité et je crée situations et espaces virtuels.» Explique-t-il. Le résultat est étonnant et ça décoiffe !

Exposition à découvrir au Musée des Arts et traditions (à côté de l’Hôtel de Ville) jusqu’au 4 Mars tous les jours de 15 à 18 h. Entrée libre. Jean-Luc Modat

Repost 0
Published by Jean-Luc Modat - dans GALERIE D'ART
commenter cet article
24 février 2007 6 24 /02 /février /2007 08:52

Expo Pop Art et Art Actuel…

L’Univers de Grégory Herpe

Une fois n’est pas coutume, l’association «Les cimaises éphémères» accueille au Musée des Arts et des traditions populaires, un grand Artiste.

Et quel Artiste ! Un surdoué ! Il a bourlingué partout en Europe et en Afrique… Tour à tour, comédien au théâtre ou au cinéma, metteur en scène, romancier, Il a écrit plus de 20 pièces de théâtre jouées en France et en Europe, journaliste, rédacteur radio. Atypique, Grégory Herpe ! Ce parisien bon teint, a posé ses bagages prés de Thuir… Mais à l’âge où certains, à l’approche de la quarantaine parfois aigrie, préfèrent chausser les pantoufles casanières, lui se lance pour défi la photographie et le photomontage. Même dans la photo il se distingue Grégory ! Son travail consiste à une sorte de "collage numérique" conçu à partir de photos qu’il réalise (excepté les ovales des visages des célébrités, qu’il trouve dans des banques de données pour photographes pro). Il recompose des photographies où les personnages connus sont tournés en dérision dans des situations originales.

«J'utilise les célébrités historiques, comme des produits de consommation et de fantasmes. De Mozart à Gandhi, de Marilyn Monroe à George W. Bush, en passant par Zidane, Rimbaud, Oscar Wilde, Ségolène Royal, Dali, Einstein, de Gaule, Warhol, Freud, ou Jim Morrison, toutes les icônes de notre histoire passée et présente sont revisitées avec esthétisme, tendresse ou provocation.» Divulgue-t-il. Son regard pétillant révèle intelligence et sensibilité.

«Mes photos traitent de sujets lourds autant que légers. Mon propos est de faire sourire, réagir, ou de faire prendre conscience au gens du poids des images et des travers de ces personnages que l'on idolâtre ou que l'on exècre... » S’exclame-t-il espiègle.

Le résultat de son travail, d'inspiration Pop Art et Art Actuel, ne laisse pas indifférent ! Juste un rien provocateur : «Je fais d'Hitler un clown ridicule, de Gainsbourg une Mona Lisa, de Kennedy un travesti, de Sarkozy un Napoléon, de Ségolène Royal une reine de France tendance gorgone, de Lady Diana une vierge à l'enfant, ou encore de Staline le DJ d'une boite échangiste".

 

Explique, un tantinet malicieux, Grégory Herpe. Si cette année, il exposera à Val d'Isère, Strasbourg, Avignon, Nîmes, ou encore Montpellier et Carcassonne, il débute par Thuir ! Le vernissage de l’expo intitulée "Glamour & Provocation" aura lieu le Samedi 24 Février à 18h00 et se prolongera jusqu’au 4 mars inclus. Musée des Arts et Traditions Populaires de Thuir. L'entrée est gratuite, et ouverte au public tous les jours de 15h00 à 18h00.

Texte © copyright Jean-Luc Modat 02-2007

Repost 0
Published by Jean-Luc Modat - dans GALERIE D'ART
commenter cet article
24 février 2007 6 24 /02 /février /2007 08:30

«Tissons la Création» :

Le grand coup de Cœur de Monique !

Quelle singulière histoire que celle de Monique Desplas ! Responsable de la boutique «senior» à l’association Carit-Stock ! Elle et une équipe de bénévoles animent dans les Maisons de Retraite, de remarquables défilés de mode devant des résidents ravis. Derrière ces remarquables défilés, que se trame-t-il en coulisses ?

Accidentée de la vie

La quarantaine battante, Monique Desplas est rayonnante. Mais qui pourrait imaginer, à cet instant, son fabuleux destin ? Nul n’est à l’abri ni de la déchéance sociale, ni de la descente inexorable vers la pauvreté ! «Je suis une accidentée de la vie. Quand la maladie terrasse mon mari, je me retrouve sans ressources, sans emploi, avec quatre enfants à charge, tout s’effondre autour de moi. » Se remémore-t-elle, l’émotion à fleur des mots. «Ensevelie sous ennuis financiers, endettement, huissiers… je désespère, je me laisse couler, je touche le fonds !» C’est alors qu’elle s’adresse à une association caritative. Quand Monique pousse la porte du Secours catholique, Hélène, la permanente, l’oriente illico vers l’association Carit-Stock. Là elle pourra, s’y remeubler, s’y vêtir, s’y nourrir…respirer enfin ! «Alors que je recherche désespérément un emploi, le miracle se produit ! Je reçois de l’ANPE une proposition de travail à Carit-Stock ! Là, j’entrevois la possibilité de rendre ce que l’on m’a donné.» S’exclame la généreuse Monique. «Si je témoigne aujourd’hui, c’est pour encourager à redémarrer dans la vie, tous ceux qui sont dans la panade. Ne baissez jamais les bras ! » Evoque-t-elle avec cette incroyable force des gens de conviction.

De l’association Carit-Stock à «Tissons la création» !

Toute l’année, l'association reçoit des dons de vêtements en plus ou moins bon état. Les meilleurs sont distribués aux plus démunis gratis ou à mini prix. Mais hélas, un énorme volume de fripes abîmées part aux déchets. C’est alors, que Monique Desplas, couturière et artiste de formation, a l’idée lumineuse de les recycler. « Je ne dis pas que nous allons changer le Monde, mais nous tâchons de réconforter les plus faibles les plus démunis !" Déclare Monique Desplas. Et c’est parti ! 280 bénévoles participent au démontage de ces fripes. Ils prélèvent boutons par-ci, fermetures éclair par-là, épaulettes de veste ou tissus. Tout est recyclé. «Tissons la création» c’est cet étonnant concept qui permet de créer des vêtements à partir de ces éléments récupérés, des modèles uniques. Génial, non ?

Défilés de Mode à la Maisons de retraite Simon Violet à THUIR.

Grâce à son autre concept, Senior Mobile, Carit-stock présente désormais dans les maisons de retraites, ses créations aux aînés, sur leur lieu de vie. Le Président Pierre Roy et ses bénévoles ont constaté, que les résidents vivant en maison de retraite ne pouvaient bénéficier des services de l’association. «Une fois que leur pension leur a été versée et qu'elles ont payé leur hébergement, souvent il ne leur reste pas grand-chose. Et puis beaucoup ne peuvent plus se déplacer. Nous avons donc décidé d'apporter les vêtements directement dans les résidences » précise M. Roy.

Au-delà de l'aspect pratique, se vêtir avec de belles choses pour de modiques sommes, cette action permet aussi aux personnes âgées de garder un contact véritable avec la société. Mais quel beau cadeau pour tous ces humanistes que d’obtenir en retour, la joie dans le regard des aînés parfois accompagnée d’un tendre sourire esquissé !

Boutiques solidaires Carit-Stock 13/17 rue des Romarins 66000 Perpignan 04 68 85 24 29

Reportage Jean-Luc Modat

Repost 0
Published by Jean-Luc Modat - dans HUMANITAIRE
commenter cet article
22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 15:05

Thuir capitale de la chine ce week-end

Ce Week-end le Groupement des antiquaires et brocanteurs du Roussillon organisait un salon haut de gamme, bien équilibré par le nombre d’exposants (25) et le panel de marchandises proposées. Un succès de fréquentation avec prés de 2000 visiteurs qui ont bravé la pluie pour s'adonner à un hobby très apprécié de nos jours : La chine !

En poussant la porte de la Halle aux sports, c'est un tourbillon d'objets qui attendaient amateurs d’antiquités, collectionneurs et autres esthètes ou amateurs de beaux objets. Une invitation à voyager dans le temps à la découverte d'un patrimoine, celui de la décoration. Ici, pas question de faire dans le style «vide grenier amélioré» ! Il s'agit bien d’un salon haut de gamme de brocante et d'antiquités.

Le public a découvert sur les stands brillamment décorés, des pièces rares parfois prestigieuses, comme ce bronze de l’artiste Constant Roux, mais aussi toutes ces petites choses du passé qui font la richesse de notre patrimoine culturel. L'occasion était donnée à chacun de chiner sans modération, de découvrir les petites merveilles rares pour tous les coups de cœur ! Comme, bijoux anciens, bibelots, faïences, vaisselle, tapis, argenterie, linge anciens, tableaux et sculptures, verreries ou céramique…

tous rivalisaient d’attraits pour attirer à lui l’œil du passionné ! Bien sûr le mobilier tenait toute sa place : armoires, tables, glissants, enfilades, commodes, buffets aguichaient le visiteur à personnaliser sa maison et son intérieur en y invitant ces beaux objets chargés d'histoire. Certains visiteurs étaient parfois dubitatifs devant certains prix affichés…Du fait de la conjoncture actuelle difficile, les organisateurs étaient dans l’expectative mais de l’aveu même des exposants, cette Foire était qualifiée Dimanche soir de «gentille» sur le plan des affaires…Comprenne qui pourra ! Un grand bravo à Béatrice Soulé et à sa sympathique équipe organisatrice, aux bénévoles de l’association Thuir Solidarité ! Jean-Luc Modat

Repost 0
Published by Jean-Luc Modat - dans MANIFESTATIONS
commenter cet article
31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 14:22

LES «MERES DE JANVIER» REMONTEES CONTRE LA CARTE SCOLAIRE !

Mise en place en 1963 pour favoriser la mixité sociale dans les établissements publics d’enseignement, année après années, la carte scolaire est modifiée par les Académies, en fonction de critères socio-économiques, parfois démographiques. Une décision arbitraire de l’Académie provoque un véritable débat sociétal en plein cœur de la campagne électorale…

En ce vendredi soir, bravant le froid cinglant, battant la semelle sur le pavé froid, une centaine de mères manifestent pacifiquement, devant le Collège Moreto, pour demander vérité et justice. L’objetmères manifestent pacifiquement, devant le Collège Moreto, pour demander vérité et justice. L’objet de leur colère, la nouvelle carte scolaire établie avec autorité et sans concertation pour la rentrée 2007. Rappelons que la carte scolaire est d’abord un découpage géographique en secteurs d’affection. Dés Septembre, 150 élèves de 3ème du collège Pierre Moreto de Thuir devraient fréquenter «Lurçat» et non plus «Arago».Cette décision, selon les parents d’élèves, engendre un allongement du temps de transport d’au moins 1 heure par jour sinon plus ! Les questions fusent souvent pertinentes : Que se trame-t-il réellement derrière la carte scolaire ? La sectorisation se calquerait-elle de plus en plus sur une répartition socio-économique ? Zones géographiques aisées correspondantes à un secteur autour d’un établissement renommé, celles plus pauvres autour d’un établissement moins réputé ? Le vrai débat n’est-il pas le devenir de l’école publique ? L’enjeu social est bien réel ! N’est-il pas temps d’entamer une réflexion prospective, entre tous les acteurs, sur l'aménagement du territoire scolaire dans ce Département ? Interpellé par les parents d’élèves, Olivier Ferrand, éminent professeur à «science-po», candidat aux législatives s’exprime : «La concentration de tout à Perpignan entraîne une désertification progressive des campagnes, provoque une saturation de la circulation automobile préjudiciable pour l’environnement. Pourquoi s’obstiner à multiplier les déplacements ? »

 

 

Véronique Rocher maman d’élève nous confie : »Les enfants désirent bien travailler à l’école mais qu’on leur accorde les chances pour y parvenir ! Un Lycée d’arrière pays à Thuir serait une décision judicieuse ! » Pourtant toutes les familles ne sont pas égales devant l’école ! Par le jeu de dérogations, certaines profitent du «secret d’initié» pour choisir les filières donc l’établissement pour ainsi accroître les succès scolaires de leurs enfants. D’autres optent directement pour le privé. Lundi à 15h30 une délégation sera reçue par le Chef de cabinet du Préfet pour exposer le mécontentement grandissant dans les chaumières des Aspres. Les «Mères de janvier» sont très déterminées à abroger cette décision de modification de carte scolaire. Ce mouvement de grogne semble gonfler et non s’essouffler, il pourrait faire tâche d’huile dans les jours à venir.

 Reportage Jean-Luc Modat

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jean-Luc Modat - dans EDUCATION
commenter cet article
20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 09:52

FIN DE LA SAGA DES QUINCAILLIERS…

De charretier à quincaillier… Chez les Tignères, Fa temps ! On était charretier de père en fils… Cette grande lignée de charretiers thuirinois s’est achevée avec le jeune Marcel. Confronté à la mécanisation de l’agriculture qui supplantait le cheval, il a donc troqué la charrette pour le négoce. Qui, parmi les anciens thuirinois de souche, aurait oublié la quincaillerie Canal dans la rue Arago ?

En 1961, Marcel et Louisette Tignères reprennent cette modeste échoppe, trop exiguë, quelque peu vieillotte… L’époque est alors aux progrès, à la modernité. En 1973, le couple ouvre boutique plus spacieuse sur le Bd Grégory. Pendant 20 ans Marcel et Louisette Tignères ont tenu commerce. A l’âge de 23 ans, Michel, leur fils, se cherche. Quand il enfile la blouse, il épouse à son tour ce métier de quincaillier.

Cœurs de Ville boudés

C’est un personnage thuirinois. Délicates moustaches à la Dali, la cinquantaine rieuse, l’œil malicieux, prompt au mot gentil…. Michel Tignères alias «Titi» se tient sur son pas de porte. «Fins aviat !« Lance-il à l’adresse de passants… Songe-t-il déjà à ce Samedi où il tirera définitivement le rideau de sa chère quincaillerie ? «J’ai succédé à mes parents il y a 27 ans avec Mariane, ma femme.» Évoque Michel nostalgique. «Ce métier de quincaillier m’a énormément apporté au plan humain. J’ai vécu d’extraordinaires relations humaines !« Révèle-t-il sur le ton de la confidence. «L’automobile conditionne aujourd’hui les habitudes d’achats dans les grandes surfaces par facilité, commodité… De ce fait, Les cœurs de Ville sont hélas de plus en plus boudés par les chalands.» Lâche-t-il avisé. Ne tente il pas ainsi d’analyser les mutations sociétales et ses corollaires économiques qui ont précipité la fermeture de son commerce ?

Et la Qualité de vie alors !

Comment en est-il venu à cesser son activité ? «Parce que je ne voulais et ne pouvais m’installer en zone périurbaine à Thuir sous une enseigne nationale de bricolage… Ainsi, progressivement je n’ai fait que des dépannages, quelques bricoles… dans ces conditions impossible de poursuivre. « Analyse Michel fataliste. Avons-nous évalué les coûts et le temps imparti à nos déplacements ? Ne serait-il pas sensé de privilégier plus souvent la proximité ? Les coûts de plus en plus prohibitifs des carburants ne vont-ils pas infléchir, à terme, nos comportements ? La survie des centres ville ne passe-t-elle pas par ce triptyque : Rues piétonnes, vélos, transports en commun ? «Sans cesse courir, aller vite, pressés, stressés. Finis ! Accueil, conseils, contacts et relations humaines…Les gens achètent un prix et non plus un produit. Et la qualité de vie alors ! « S’exclame le quincaillier. Il déplore aussi avoir de moins en moins d’échos en retour à ses «Bonjour» ou «au revoir».

En guise de révérence le sympathique Michel n‘oublie pas de «remercier tous mes clients, la Ville de Thuir, tous les commerçants qui ont fréquenté mon établissement durant toutes ces années. » Samedi 20 Janvier à 19 h la saga d’une célèbre famille thuirinoise de quincailliers arrêtera ….

Repost 0
Published by Jean-Luc Modat - dans ECONOMIE
commenter cet article
10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 17:55

LE PLUS GRAND CABARET DU ROUSSILLON !

«Jeantet Violet» est devenue, l’espace d’un après-midi, le plus prestigieux des cabarets du Roussillon et certainement le plus couru ! Un cabaret à Thuir ? Oui, pourquoi pas ! Prés de 500 spectateurs ont partagé, rêve et magie, autour d’une succulente collation,ce Samedi 6 Janvier. La Ville fêtait 2007 et ses aînés !  

La Ville de Thuir, c’est notoire, sait choyer ses aînés. 2007, n’a pas dérogé à la règle ! René Olive et son équipe municipale ont gratifié les seniors thuirinois d’un extraordinaire après-midi. Nul n’est resté insensible. Un spectacle music’hall à vous couper le souffle. Ha oui ? Ô quel spectacle ! Sur scène, l’exquise chanteuse thuirinoise, Laurence et le groupe «Carte Noire» débutaient leur extraordinaire tour de chant. Des facétieux «oiseaux de nuit» et leur nouvelle revue illuminaient l’après-midi par la féerie, le charme et l'élégance.

Laurence, étoile montante de la chanson ! Thuir recèle des talents exceptionnels souvent ignorés. Laurence, vous connaissez ? L’aube d’une carrière prometteuse se dessine pour cette artiste à l’univers musical très éclectique ! Ne s’est-elle pas attachée les talents du célèbre professeur de chant, Michèle Troise, qui conseille Michel Jonasz ?

En outre, Laurence s’est aussi produite en compagnie d’Hélène Ségarra. Son répertoire étoffé, son goût pour le son bien léché, sa voix et son talent ont émoustillé et fait danser les spectateurs !

Le tour du Monde en 90mn

«The World tour» est la nouvelle revue des »oiseaux de nuit». Ce spectacle haut de gamme a fait courir le Monde en 90mm, 12 pays dansés et chantés de la Chine au Mexique en passant par l’Irlande, pour s’achever par le «French cancan»…

Un tourbillon de rythmes, de somptueux costumes aux couleurs chatoyantes, de strass, de plumes et de paillettes ! Un spectacle digne des plus grands cabarets parisiens proposé par la meneuse de revue Miss Diamant. Que du talent pur jus ! Des charmantes danseuses Marjorie et Aurélie aux séduisants cavaliers Angello et Julian… La salle leur a réservé une splendide ovation !

L’équipe municipale avait, dés le matin, apporté à domicile les goûters aux 365 aînés les moins enjambe, comme Louis Rocher ancien Président du Club du 3ème âge, au chevet de son épouse souffrante. Une attention qui fait chaud aux cœurs !

Repost 0
Published by Jean-Luc Modat - dans SPECTACLES
commenter cet article
6 janvier 2007 6 06 /01 /janvier /2007 07:36

Les Aspres, Grand Stade du VTT

«C’est la première sortie de l’année et elle sera superbe ! » S’exclame enthousiaste Albert Sola le sympathique Président du VVT Club de Thuir. Ce passionné n’a de cesse de vanter les mérites de son sport préféré. C’est un pionnier du VTT loisir dans le Département. Albert évoque : «Le VTT est considéré comme un sport ingrat, dur et peu accessible. Il n'en est rien tant que l'on adapte sa pratique à son niveau. » Il précise : «Dimanche 7 janvier, le V T T Club de Thuir invite tous les pratiquants du Département de ce sport à venir participer à une sortie de 40 km dans les belles Aspres. La nature y est très belle et agréable en toute saison… ». L’évocation des noms des lieux parcourus, sent bon la garrigue odorante, la sensation de liberté, les sentes escarpées et rocailleuses comme l’accent catalan ! Des lieux où tout concorde pour se faire plaisir ! Le circuit sélectionné démarre de Thuir , Puig Redoun, la Canterranne, les Hostalets, chapelle Saint Amants, Notre dame d’El Coll , col de Souills, Eglise de Font Couverte, col de la Font Rouge, Castelnou, pied du Roc de Majorque, Feixes d’en palet (marteau piqueur) , Carrières et retour à Thuir. «Chaque participant sera guidé par les membres bénévoles du Club. Je conseille à chacun de se munir d’eau et de porter le casque pour la sécurité. Ces sorties sont gratuites, il n’y a aucun engagement de la part des participants ! » Il suffira simplement aux personnes intéressées de se présenter à 8 heures 30 mn devant la Mairie de Thuir, place de la République. Albert ne manque pas de d’attention : »Moi-même et tous les membres du bureau souhaitent une bonne année et meilleurs vœux 2007 à tous nos partenaires, nos adhérents et à tous ceux qui nous font confiance ». D’autre part, la vitalité du Club se révèle par son école de VTT. Plus de 60 enfants passionnés font des Aspres leur vaste terrain de jeux ! Tous les Samedis, RDV dés 15 h devant la MJC.

ALBERT SOLA - TEL : 04 68 53 08 76 site : www. Vttclubthuir.chez-alice.fr

Repost 0
Published by Jean-Luc Modat - dans SPORTS
commenter cet article
3 janvier 2007 3 03 /01 /janvier /2007 11:29

QUEL BEAU SPECTACLE, MONSIEUR HERNANDEZ !

Un triomphe ! juste avant Noël, le Théâtre du Gecko jouait «Le maître du livre des mots» en compagnie de plus de 150 enfants, à guichets fermés !

Une magnifique création de Christian Hernandez, adaptée du conte radiophonique de d’Edwige Cabelo, produit par la Ville de Thuir. Une séance supplémentaire a donc été nécessaire. Durant presque 2 heures, le public n’est pas resté insensible à l’histoire, aux splendides costumes d’Eve Meunier, aux extraordinaires décors de Michèle Berthoux …Il a réservé une splendide ovation aux acteurs en herbe et aux comédiens de la troupe du Gecko : Frédéric Noguer, Marie Lanchas Cruces, Virginie Haro, Wilfried Delahaie, Anne Pupet !

Une histoire originale, tendre, qui a fait rêver les plus petits mais surtout interpeller les plus grands… Le sens de la vie, la dérision des apparences, la force des mots… De son palais de Maharadja à la misère des villages, du désert sans fin à la grotte aux serpents, le prince Nébul (Frédéric Noguer) a entraîné le public dans son fabuleux voyage, à travers l'Inde mystérieuse et fascinante. Intrigues, ignorances, solitude, il croise l'amour, la tolérance, puise des forces dans ses souvenirs pour retrouver enfin la sérénité.

Là, le conte prend toute sa plénitude ! Puisque des centaines de jeunes, de bénévoles se sont impliqués sans compter dans ce spectacle. Ils ont dansé, chanté, joué de la musique sur scène…Cette belle aventure humaine a créé sans nul doute du lien social ! Une ouverture d’esprit à la culture indienne… Oui, c’est cela la culture ! La lumière, la curiosité, l’enrichissement mutuel ! Que nenni le formatage ! La culture est plurielle. «Une culture ne meurt que de sa propre faiblesse« se plaisait à dire André Malraux.

Quel bonheur pour la Ville de Thuir d’abriter dans ses murs cette fantastique troupe du théâtre du Gecko ! Un spectacle à vivre en famille dans la capitale du rêve éphémère, de l’imaginaire, Thuir.

Repost 0
Published by Jean-Luc Modat - dans MANIFESTATIONS
commenter cet article