Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 19:22

"Le Complexe de Thénardier" à l'Affiche .

La dernière née des troupes thuirinoises, le Théâtre de l'Hémione a présenté Samedi 26 Avril à 21h, salle Jeantet Violet à Thuir, "Le Complexe de Thénardier". Rencontre d'avant première avec Mahdia Bélaidi et Yves Plazas.

 

Dans la vie comme sur scène, ils partagent la même passion pour le théâtre. A eux deux, prés de 50 ans de théâtre (amateur) ! Yves Plazzas et Mahdia Bélaidi ont créé en Juillet 2007 la petite dernière des compagnies théâtrales à Thuir. Théâtre de l'Hémione ? Quel curieux nom ! "C'est un clin d'oeil à cet âne sauvage d'Asie jamais domestiqué. Nous l'avons préféré au "burro catala" trop docile à notre goût. " Plaisante, facétieux, Yves Plazas. "Nous voulions nous investir, en tant que théâtre amateur, dans une exigence de qualité et avec un petit groupe de personnes animé par cette même envie, mué par cette même passion." Souligne Yves. "Sur Thuir, il y a la place pour les trois compagnies entre celle professionnelle du Théâtre du Gecko et la troupe des Beaux Masques. Tout n'a pas été encore exploré." S'empresse-t-il de déclarer et ménager les susceptibilités. C'est bien là la richesse de Thuir ! Le petit Avignon catalan ? Quel village, en Pays Catalan peut se targuer d'abriter en ses murs 3 compagnies théâtrales ? Un vrai brouillement culturel...à la campagne.   

Le Complexe de Thénardier

 "Le Complexe de Thénardier" est une pièce écrite par José Pliya, auteur d'origine béninoise. Rien à voir avec les Misérables de Victor Hugo ! Ça décoiffe ! C'est une approche cinglante de l'imbroglio affectif qui dirige certains rapports et comportements humains. La pièce met en scène deux femmes qui s'entredéchirent. Une mère et sa fille ? Mais Non, voyez ! Il s'agit d'une maîtresse de maison et d'une jeune fille «adoptée», rescapée d'un génocide, devenue servante malgré elle. Ce texte fort, émouvant parfois caustique est interprété par deux comédiennes au tempérament bien trempé. Assurée, Mahdia Bélaidi (la maîtresse de maison) joue remarquablement l'infâme mégère. Virginie Barra, interprète brillamment le rôle émouvant de la jeune Vido, éprouvée, lumineuse et fragile. Qui soupçonnerait que dans la vie, Mahdia et Virginie soient mère et fille ? "Aller rechercher des émotions vécues au plus profond de moi, me mettre à nu devant ma fille a été un exercice très délicat. Maintenant, avec le recul, la pudeur dépassée, c'est un vrai régal de jouer avec elle !" S'exclame Mahdia Bélaidi radieuse. Quel bonheur de voir jouer Mahdia Bélaidi ! Il a du suffire à justifier la belle soirée de Théâtre de  Samedi dernier ! En fin, la talentueuse styliste Eve Meunier a créé les remarquables costumes. Yves Plazas a réalisé exigeante mise en scène, décors et éclairages décalés.
Repost 0
Published by Jean-Luc MODAT - dans SPECTACLES
commenter cet article
11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 08:48

Du virtuel à l'intemporel

Ou la seconde vie pour un vieux cinéma... 

Depuis longtemps, il se lamentait, oublié de tous, affligé qu'il était par autant d'ingratitudes... Lui, qui avait tant fait rêvé, croulait sous l'épaisse poussière de l'oubli. Sa vieille salle au look et à l'ambiance délicieusement surannés avait accueilli des générations d'amoureux et de cinéphiles thuirinois... Depuis 1998, perclus de nostalgie, il se faisait des films, se projetait toujours sans trop vraiment y croire ! Ne plus servir à rien ni à personne, n'est-ce pas là l'infamie ? Quand, un beau jour, un jeune couple pousse sa porte réticente, un grand souffle d'espoir l'envahit. Aussitôt, voilà notre bon vieux cinéma imaginer les plus fous scénarios ... Hélas, autres temps, autres mœurs ! Aujourd'hui, fini les bonnes p'tites salles de quartier ou de village ! Place aux usines à consommer des films...

Quel fabuleux destin....


Alors que cette petite salle se rêvait déjà en haut de l'affiche, en Méga cinéma...le destin ne lui proposa qu'un minable second rôle, celui d'atelier de tailleur de pierre. Mais le talent sait toujours rebondir ! Après un énergique leefting, voilà notre ancien cinéma clinquant, pimpant, transformé en salle d'exposition de L'Atelier de la Pierre. Poussez donc la porte ! C'est Maître Benoît Szczurek, tailleur de pierre de son état qui vous accueille, «Je suis tailleur de pierre depuis 20 ans. Je suis rentré aux beaux Arts avec l'intention de me consacrer à la sculpture. Par la suite je me suis formé à la taille de la pierre à Blois. Puis j'ai travaillé dans la restauration du patrimoine pour les Monuments Historiques.» En s'installant ici, Benoît a renoué avec les heures de gloire de Thuir et sa tradition ancestrale du travail de la pierre. «J'affectionne à partir d'une masse compacte minérale noble, l'instant émouvant de création d'un élément esthétique et pratique de décoration qui défie le temps. » Révèle-t-il.

Si les ciseaux, la gouge et le maillet font toujours partie de sa panoplie de travail, la mécanisation facilite certains aspects du métier. Sa compagne, Bernadette Chaix se destinait au métier de costumière de théâtre. La voilà désormais propulsée en une étonnante collaboratrice. A Bernadette, la conception des projets. A Benoît, la réalisation. A l'ancien cinéma, le bonheur de la mise en scène des créations ! Quel fabuleux destin....

 

L'Atelier de la pierre 9 bis Rue Louis Torcatis à Thuir 08 75 37 98 17

Repost 0
Published by Jean-Luc MODAT - dans SOCIETE
commenter cet article
28 mars 2008 5 28 /03 /mars /2008 14:08

La Free ride VTT Attitude débarque en Roussillon. 

Vrai-casse-cou--Photo-JLM-7447-.jpgThibaud-Devaux--photo-JLM-7447-.jpget la première section Free ride VTT du Département ! Rencontre avec cette Free ride Attitude...

Le VTT Club de Thuir innove, fait à nouveau figure de pionnier en Pays Catalan. Rien n'arrête le dynamique président Albert Sola ! Il vient d'aménager son "jardin" dans la cambrousse thuirinoise en parc de slope-style. Et voilà créé, le premier champ de bosses
Sport extrême venu des USA, issu des nouvelles pratiques du VTT, le Slope-style connaît aujourd'hui un engouement de feu chez les jeunes. Mixe de VTT, de glisse et de gymnastique, le Slope-style consiste en un parcours parsemé de bosses, tremplins et autres modules, sur lesquels les riders (pilotes) réalisent des sauts hors du commun et effectuent de super figures acrobatiques «Il s'agit de ne pas faire n'importe quoi n'importe où et n'importe quand. C'est physique, surtout très technique et hors de portée du premier venu. Notre préoccupation est d'abord la sécurité !» Prévient Thibaud Devaux moniteur encadrant les jeunes de la section. Le free-ride, que l'on pourrait traduire par "chevauchée libre", juste une mode passagère ou un vrai état d'esprit ? «Ce nouveau sport s'apparente au skateboard, à l'esprit fun de la glisse avec son langage, ses codes. Nul ne peut progresser sans une bonne communication, sans une certaine ouverture à l'autre.» Casque, gants, protections coudes et genoux, vieux pantalons limés et tee shirts baggy, esprit tribut, c'est la Free ride Attitude ! Avec peu de moyens au début... C'est-à-dire avec un bike (vélo) monté à l'arrache, des pièces de récup' et tout ce qui fait tant aimer le VTT aux jeunes. Chaque Samedi, déjà, une vingtaine de jeunes amateurs de sensations fortes se retrouvent avec plaisir sur le champ de bosses du président. «C'est un nouveau challenge ! Nous sommes le seul et premier Club Free-ride VTT du Département. Nous pensons que ce sport va connaîtra ici un énorme développement car les jeunes sont en demande de sports extrêmes. » S'enflamme Albert Sola. Parmi cette vingtaine de copains, le jeune espoir du Club, Clément Ballester, 14 ans, enchaîne à l'entraînement de superbes vols jusqu'à tutoyer les cimes des arbres environnants. Avec certains de ses potes, Clément espère participer aux quatre épreuves organisées prochainement dans le Gard ou l'Hérault. Les deux moniteurs Thibaud Devaux et Thomas Pigeon donnent rendez-vous aux nouveaux adeptes ce Samedi 29 Mars à 14h30. Renseignements et contact : 06 26 48 25 05
Sensations-garanties--Photo-JLM-7447-.jpgCl-ment-Ballester-grand-espoir--Photo-JLM-7447-.jpgL-quilibre--Photo-JLM-7447-.jpg

TOUS DROITS RESERVES TEXTE ET PHOTOS JEAN-LUC MODAT MARS 2008
Repost 0
Published by Jean-Luc MODAT - dans SPORTS
commenter cet article
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 18:18

Aline Mascle :«L’empreinte de mes émotions.

Du 23 au 30 Mars 2008 le petit Musée des Arts et Traditions populaires se meut en galerie.  L'association Les Cimaises éphémères accueille l'étonnante exposition des peintures abstraites lyriques d'Aline Mascle. Rencontre avec la singulière artiste....

 Aline Mascle 

Aline Mascle cultive la particularité d’être à la fois chanteuse lyrique et artiste peintre abstrait. « Ma quête à longtemps été de chercher ce qui lie la peinture au chant. Je pense avoir trouvé aujourd’hui, c’est sans doute « exprimer ses émotions ». Confie l’artiste catalane. Qui est-elle ? Aline a vu le jour à Perpignan, «au centre du monde !» comme elle se plaît à le préciser en guise de clin d'oeil provocateur à Salvador Dali... Enfance et rencontres conditionnent souvent toute notre existence, avec parfois, la complicité du facétieux destin ! D'une longue lignée d'artistes, l'Art et le chant ont nourri la tendre enfance de la petite Aline. "Je me devais de relever le défi !" Glisse Aline Mascle un tantinet provocatrice. De la maternelle à la Communale, du Collège au Lycée Arago ses dons artistiques peu à peu se révèlent. A 15 ans, les hasards de rencontre avec le peintre Gervais l'amènent à exposer pour la première fois et la confortent dans ses aspirations. Encouragée par son professeur des Beaux Arts au Lycée, Aline poursuit son apprentissage. "Je peignais alors aux pastels à l’huile, je pouvais toucher la matière, avoir la sensation d’être plus près de mon œuvre. Je réalisais portraits, nus et paysages. Bien sûr cela a été pour moi nécessaire d’acquérir ces bases, mais je voulais m’envoler, me libérer du figuratif. " Pour parfaire son apprentissage de l'Art figuratif, Aline Mascle s'envole pour les Etats-Unis. En 2006 l'artiste expose à la 7ème compétition d’art international du « Museum of History and Art » d’Utah aux Etats-Unis.
Aline-Mascle-et-l-obsession-de-l-au-del---Photo-JLM-7447-.jpg
Et là-bas, c'est la révélation, la rencontre avec
l’expressionnisme abstrait et l’Action Painting (peinture d’action). Aline décide progressivement de se tourner vers cette expression abstraite. Cet Art caractérise l’importance de la gestualité dans le travail de certains artistes expressionnistes abstraits... Peindre apparait alors comme un moment d’existence irréfléchi et pulsionnel. “L’Action Painting libère ainsi le corps et l’esprit de toute contrainte picturale, il faut agir sincèrement et sans réfléchir, c’est spontané.” Révèle-t-elle et de poursuivre passionnée : ”Cette liberté d’expression m’épanouis : les émotions comme la joie, la peine, les épreuves ou le bonheur sont exprimés sans limites. Faut-il encore savoir les lire, les comprendre et les déchiffrer à travers la peinture d’action. Quand je peins, je m’immerge dans mon tableau dans une autre dimension où je perds la notion du temps et de la réalité. Lorsque j’en sors, mon subconscient a laissé l’empreinte de mes émotions.” Déclare Aline Mascle.

Exposition du 23 au 30 Mars 2008 de 15h à 18h au Musée des Arts et Traditions (Prés de la Mairie) vernissage Samedi 22 Mars à partir de 18h30. Entrée Libre.

Jean-Luc Modat Tous droits réservés
Repost 0
Published by Jean-Luc MODAT - dans GALERIE D'ART
commenter cet article
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 16:38

undefined LA TENSION MONTE !

Devant plus de 200 personnes, à l’initiative du collectif «Non à la THT» les opposants au projet de ligne à très haute tension (THT) entre la France et l'Espagne, tenait réunion publique pour remobiliser ce Mercredi 30 Janvier à 20h30 à la MJC de Thuir.

 Laurent-Belmas--Ren--Olive--Jean-Claude-Peralba-et-Jean-Jacques-Planes--Photo-JLM-7447-.jpg

Laurent Belmas René Olive, Jean Claude Peralba et Jean Jacques Planes  

Le Collectif a programmé une série de réunions dans les villages pouvant être actuellement menacés par l’implantation de la THT, pour sensibiliser et accroître la mobilisation des populations. In fine le Collectif désire créer de nouvelles sections dans ces communes.
Tour à tour, à la tribune, René Olive, Jean Claude Peralba président du Sydeco THT 66, Laurent Belmas et Jean Jacques Planes  respectivement Président et vice Président du Collectif «Non à la THT», ont administré une piqûre de rappel à l’assistance. Chacun de ces intervenants a signifié ses inquiétudes quant aux brouillages intentionnels avérés…. Sommet Franco-espagnol du 10 janvier, rencontres avec l’émissaire européen M Monti le 16 et avec Jean-Louis Borloo le 18 janvier. 

Les questions ont fusé : Que signifient ces relances de projet THT ? Ne s'agirait-il pas d'une volonté de passage en force ? Le principe de décision sans grande concertation de concrétiser d'ici fin juin le projet d'interconnexion à très haute tension entre la France et l’Espagne, via le Perthus, est "inquiétant voire inacceptable". Selon Jean-Claude Peralba. C’est sans nul doute sous-estimer la détermination et la mobilisation de la population ! Face à ces atermoiements, Simone Balent Casals de Montferrer membre de la cellule de crise anti-THT précise : «Nous attendons une réponse rapide à la lettre adressée à Jean-Louis Boorlo dans laquelle nous réclamons une entrevue très rapide pour remettre à plat le dossier. Nous demandons expressément la justification de cette ligne hors contexte commercial. » 
Simone-Balent-Casals--Photo-JLM-7447-.jpg
Simone Balent Casals
Simone Balent Casals évoque aussi l'impact des champs électromagnétiques d’extrêmes basses fréquences sur la santé humaine, classés comme cancérigènes possible par l’Organisation Mondiale de la Santé «Des études épidémiologiques occultées par la France et menées par Gérald Draper, directeur de Recherche à l’université d’Oxford montrent une corrélation entre proximité de lignes THT même enfouillies et un surcroît de risque de leucémie chez l'enfant, de cancer du sein chez des femmes…» Précise-t-elle. C’est alors que Simone s’indigne : «Bien sûr qu’une THT aurait un impact désastreux sur l’environnement, sur l’économie, sur le tourisme, sur notre qualité de vie ! Je précise qu’à ce jour aucune Mairie n’a jamais reçu aucun document officiel de tracé. Aujourd’hui, tous les élus du Département sont encore contre la THT ! » 
L-ube-des-parties-de-l-assistance--Photo-JLM-7447-.jpgPourquoi un tel désintérêt  de la part des jeunes pour leur petit pays ?
A noter qu’u
ne grande manifestation est programmée avant le 1er Mars à Perpignan ! Enfin, la prochaine réunion d’information du Collectif «Non à la THT» aura lieu à Baho Lundi 4 février à 20h30.   

Jean-Luc Modat
Repost 0
Published by Jean-Luc MODAT - dans ECONOMIE
commenter cet article
19 janvier 2008 6 19 /01 /janvier /2008 08:45

DANS LES COULISSES DU RUGBY DES VILLAGES…

A l’orée de son centenaire, l’UST reléguée en honneur voilà 2 ans aujourd’hui en Fédérale 2 où elle compte bien s’y établir. Un matin d’avant match, rencontre avec cet esprit du rugby des villages et son jeune co-président Sébastien Cazenove.  


Dimanche 10h, les joueurs affluent au Club House du Stade Eugène Ribère. C’est la reprise de Championnat pour les équipiers seniors de l’UST. Même si chacun feint une certaine décontraction, autour du sempiternel café, la tension est palpable. Les deux entraîneurs, Gérard Majoral et Louis Clotet ont le masque. 
undefined
Cette rencontre avec l’équipe de Balma doit être absolument gagnée pour espérer le maintient en Fédérale 2. Puis, les joueurs se retrouvent sur le terrain autour des entraîneurs et de Nicolas Bruzy. En chef de meute, Nicolas harangue ses équipiers, les exhorte au sérieux, à l’abnégation. La préparation psychologique a bien débuté ! Quelques répétitions de combinaisons et de lancements de jeux plus tard, le groupe se réunit autour de l’incontournable repas dit «joker» concocté par les inestimables bénévoles. 
undefined
Là, la tension est montée d’un cran…. Un bémol est mis au ton des conversations, presque chuchotées. Les estomacs se nouent sous les effets du tract, de la crainte. L’envie de jouer et de se sublimer prend, là, aux tripes…
undefined
Seuls les joueurs conservent ces moments d’intenses émotions d’avant match si particuliers au rugby ! Le rugby n’est-il pas un sport de combat contre l’adversaire mais surtout contre soi, ses faiblesses, ses excès ?    


Le rugby des villages...

undefined
Qu’est-ce qui anime ce rugby des villages ? Sébastien Cazenove, le jeune co-Président du Club évoque : «L’écart est immense entre le rugby professionnel et le rugby amateur, dans la préparation, l’investissement des joueurs, au niveau des valeurs humaines du groupe, de la cohésion d’un groupe… Dans un Monde affecté par l’individualisme, nous conservons la mentalité du rugby d’avant animée par la passion du jeu, l’amitié et la solidarité.» Cette équipe de l’UST a une âme ! Ici, pas de mercenaires ! Même si aujourd’hui elle n’est plus composée de joueurs de Thuir, l’équipe s’articule autour de joueurs fidèles au Club depuis 6 ans. Sa particularité, c’est la cooptation. Ce sont les joueurs qui se chargent du recrutement ! Il en résulte une bande de copains heureux de vivre ensemble leur passion ! «Nous avons l’un des budgets les plus modestes de la Fédérale 2. Ce n’est pas l’appât du gain qui attire les joueurs ! Mais le charisme de Gérard Majoral et Louis Clotet et la présence de joueurs de renom comme Nicolas Bruzy ou Laurent Pous…» S’exclame le Président. «Notre une filière éducative est encore déficiente. Elle ne nous permet pas d’alimenter pour l’instant nos équipes seniors. Mais nous possédons une école de rugby forte de 150 gamins, de bonnes équipes de Cadet et Juniors. Nous faisons confiance à nos jeunes…Il y a de l’avenir pour le rugby des villages ! » Espère Sébastien Cazenove. L’après-midi, alors que les réservistes ont brillamment remporté leur rencontre, que la victoire fut incertaine pour les équipiers premiers !  Mais c’est bon pour le moral…
undefined

Repost 0
Published by Jean-Luc MODAT - dans SPORTS
commenter cet article
13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 18:15

Adrienne Cazeilles, la Dame Nature

L’esprit d’à-propos d’Adrienne Cazeilles saisit une insignifiante causerie sur les calendrines, pour se lancer avec tact dans un plaidoyer pour le respect de la nature.

Adrienne-Cazeilles-Dame-Nature--Photo-JLM-7447-.jpgFemme de caractère, Pasionaria des Aspres, égérie de la mémoire et de la culture catalane,  au gré de ses combats pour l’écologie, pour la vie, elle n’a jamais cessé de dénoncer la gabegie des ressources naturelles de la Planète. Depuis les grands incendies de 1976 qui ont ravagé le massif des Aspres, elle s’est évertuée d’alerter l’opinion publique sur les véritables origines des incendies qui ravagent la forêt méditerranéenne. Tous, ici, l’appellent affectueusement, Adrienne. Adrienne Cazeilles ! Cette ancienne institutrice, est une active herboriste invétérée. Parce qu’elle a arpenté ses chères Aspres, aucune plante n’a de secret pour elle. Sacré personnage ! Aussi, quand ce Vendredi soir, à l’invitation de la médiathèque, elle anime une causerie sur les calendrines plus de 50 personnes se pressent pour l’écouter ! Adrienne rappelle l’obsession de l’Homme à craindre les foudres du ciel. Jadis déjà, nos ancêtres prononçaient des incantations à Dame Nature, imploraient Jupiter pour sa clémence, priaient les Saints pour conjurer les phénomènes météorologiques. Puis, Adrienne relate son vécu d’enfance à Camélas où els pagesos (les paysans) observaient les saisons, notaient les données pour prévoir le temps à venir. Mais au fait, Adrienne, c’est quoi les calendrines ? «Nées de ces observation de nuages, du vent et du ciel entre le 13 Décembre et l’Epiphanie le 6 Janvier, à l’exclusion de Noël. Il suffit donc de noter le temps pendant 24 jours et vous aurez le temps des douze mois de l'année à venir. Chaque jour représente une quinzaine de mois…Cette période préfigure les grandes tendances du temps à venir « Explique pédagogue la senyora Adrienne. Pertinente, elle alerte alors des importants changements climatiques à venir provoqués par les activités humaines. Elle pointe la sécheresse persistante dont les effets pourraient à terme provoquer ici et là de graves perturbations environnementales, sociales voire économiques. Pour l’instant, ici, qui s’en émeut outre mesure ?
 Dame-Nature-Adrienne-Cazeilles--Photo-JLM-7447-.jpg
«On puise allègrement par forages dans les nappes profondes du pliocène pour les loisirs, les piscines, l’agriculture, une eau précieuse datée de milliers d’années. Quel héritage à nos enfants ?» S’insurge-t-elle. Puis Adrienne dénonce la multiplication exponentielle des friches, l’urbanisation anarchique, qui empêchent toute alimentation en eau des nappes superficielles et annoncent de phénoménales inondations…Elle est comme cela Adrienne Cazeilles, debout, lucide et toujours passionnée ! Les participants décidaient de se réunir Jeudi 10 janvier 2008 à 18h30 pour échanger leurs annotations à la Médiathèque municipale. A mal temps, bona cara (A mauvais temps, bon visage) Tous à vos calendrines !

Repost 0
Published by Jean-Luc MODAT - dans NATURE
commenter cet article
10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 14:14

La (nouvelle) cuisine catalane au Gault et Millau

Après seulement 10 mois d’existence, le restaurant la Casa Dalie à Thuir vient d’entrer dans le Guide 2008 du Gault et Millau, une consécration de l’esprit de création qui anime son jeune chef comme de nombreux cuisiniers en pays catalan.
 
David-et-Julie-Carcaiso--Photo-JLM-7447-.jpg
David conserve la pointe d’accent chantant de sa Provence natale. L’affable Julie, est catalane bon teint. La trentaine énergique, ce sympathique couple globe-trotter a longtemps bourlingué et galéré de Grande Bretagne à Haïti en passant par les plus remarquables maisons étoilées de France et de Navarre…. Avant de poser ses valises et de s’installer il y a seulement 10 mois à Thuir. « Nous faisions alors la saison en Corse du Sud quand s’est présentée une opportunité à Thuir. Le restaurant Coin sud était à vendre… Aucunes hésitations ! Mon épouse désirait tellement fort revenir au pays… » Illico, le petit «Coin sud» est rebaptisé «Casa Dalie» avec un «e» contraction de David et Julie mais surtout hommage rendu au Maître créatif Dali, leur seconde passion. D’ailleurs, toute la décoration du petit restaurant aux quarante couverts, est consacrée à l’artiste surréaliste. Dali n’inspire-il pas au fourneau, un brin, le créatif David Carcaiso ? Pourtant, David, pâtissier de métier, a appris l’art culinaire sur le tas, en autodidacte en quelque sorte. De ses pérégrinations culinaires, de ses riches expériences, le jeune chef y puise son goût immodéré pour la recherche de subtiles saveurs. Exigeant, passionné, presque obstiné, le généreux David n’a de cesse d’inventer pour donner davantage de plaisir, pour offrir toujours plus de bonheur. Une cuisine inspirée des goûts du Monde marinée à la sauce catalane. Quelle joie, cette gastronomie fine travaillée avec des produits frais de saisons ! «Je vis ma passion tous les jours sans modération.» S’exclame le cuisinier. Et voilà que l'édition 2008 du célèbre guide Gault & Millau publié le 1er novembre dernier décerne la note encourageante de «12« pour la gaieté de ses assiettes aux saveurs éclatantes, pour sa cuisine inventive, colorée, ensoleillée. «Nous sommes très heureux d’entrer dans ce guide. C’est pour nous la reconnaissance du labeur. C’est qu’en même original de rentrer dans le Gault et Millau pour un petit restaurant d’arrière pays catalan !» S’étonne d’un ton amusé le Chef Carcaiso. --quation-de-homard-et-st-jacques-au-beurre-de-corail--Photo-JLM-7447-.jpg
fraginat-de-boeuf-au-banyuls.JPG










Le guide y va de son élogieux commentaire :
«Voilà un restaurant de village comme on les aime. C’est bon, raisonnablement copieux. La gentillesse est au rendez-vous et la qualité du produit justifie l’affluence d’une clientèle d’habitués ravis, auxquels on se joint avec gourmandise pour profiter des médaillons d’encornets à la coriandre, d’une cuisse de poulet jaune au thym ou d’une vraie crème catalane. » P
assion et liberté de création de ce jeune Chef sont évocatrices du nouvel esprit qui semble souffler désormais sur la (nouvelle) cuisine catalane. 
Casa Dalie : 04 68 53 03 92
  SITE CASA DALIE 

Repost 0
Published by Jean-Luc MODAT - dans TERROIRS
commenter cet article
22 octobre 2007 1 22 /10 /octobre /2007 14:44
SEMAINE DU GOûT : Du lundi 15 au Dimanche 21 octobre réveillons nos papilles !

Des «Gastromômes» en culottes courtes

s’offrent une leçon de goût…
Dés Lundi 15 Octobre débute la 18ème édition de la semaine du goût. Une semaine durant, les acteurs du goût : Grands chefs, artisans et agriculteurs se mobilisent en Pays catalan pour émerveiller nos papilles. Suivons les «Gastromômes» de l’école Maurette de Thuir pour une leçon de goût… 
Tu-aimes-toi---Photo-JLM-7447-.jpg
Tu l'aimes ça toi ?
Standardisés, aseptisés, normalisés
 les goûts, saveurs, odeurs, couleurs n’égayent pas nos assiettes ! La mal’ bouffe industrielle a du mal à exalter nos papilles ! Que ce serait triste un Monde uniformisé ! Heureusement, certains font de la résistance ! La cuisine est encore chez nous irrigée en Art culinaire avec ses produits du terroir, ses mijotés goûteux, ses savoir-faire ses fumets locaux… Qui a oublié ces moments complices et exquis partagés avec nos grands-mères ? La cuillère tournée inlassable dans un mijoté frémissant... ponctué par un «goûte !»
Apprendre-les-saveurs--Photo-JLM-7447-.jpg
Le plus catalan des provençaux, David Carcaiso, jeune Chef cuisinier globe-trotter de la Casa Dalie à Thuir, a accueilli dans son univers Dalinien, pour la semaine du goût, la classe bilingue de maternelle d’Irène Morell. Une matinée haute en saveurs pour le plus grand plaisir des »gastromômes» en culottes courtes
. Pour l’occasion, David s’est glissé sous la toque d’un éducateur passionné du goût pour une Leçon de Goût «Made in Tuïr».  Ses convives ont été invités à un grand voyage, un tour du Monde des saveurs concocté à base de produits locaux. L’Asie, les Antilles, l’Inde, l’Orient… 
David-le-Chef-de-la-Casa-Dalie--Photo-JLM-7447-.jpg
«J’ai plaisir à leur faire découvrir de nouvelles saveurs ! Donner du bonheur est mon credo » S’enthousiasme David. «Certains enfants ont déjà le goût développé. Il y a des papa ou maman cordons. » Proclame le Chef avisé. Réveillé, le goût ! Emerveillés, les sens ! Odorat, vue, goût et parfois même le toucher ! Le Chef a initié ces gentils bambins aux plaisirs de la table. Quel heureux moment partagé ! A la fois récréatif et instructif… Un «Hum !» unanime est venu gratifier chaque dégustation de mets. Et si au bout de nos fourchettes se jouait aussi notre santé ?
Notre bonheur de vivre ? Participons donc à la semaine du goût !

Repost 0
Published by Jean-Luc MODAT - dans EDUCATION
commenter cet article
20 octobre 2007 6 20 /10 /octobre /2007 17:11
LES FERMIERS OUVRENT LA SEMAINE DU GOÛT
 casrzlnou1.jpg
Dimanche, à Castelnou, sous le haut patronage d’une belle journée automnale, le 16ème marché fermier s’est mué en une remarquable ferme de cocagne ! Toutes générations confondues, badauds et gourmets avaient délaissé pour un jour, le chariot pressé du supermarché pour une exquise déambulation gourmande, campagnarde et festive… C’est peut-être ça le bonheur ! 
Les-jeunes-sont-aussi-en-qu--te-de-bon-go--t--Photo-JLM-7447-.jpg
En famille, nombreux
se pressaient devant les 43 étals où abondaient, pains cuits au feu de bois, produits de canards gras et d'escargots, confitures à l'ancienne, fromages crus ou affinés, charcuteries paysannes, jus de fruits, légumes et fruits bio, miels, vins… 
la-marque-des-produits-fermiers-le-bon-go--t--Photo-JLM-7447-.jpg
De la ferme au panier du chaland, il n’y avait qu’un pas à faire ! Des artisans locaux du cuir, de tissus, de terres cuites faisaient eux aussi étalage de leur génial savoir-faire… Bien plus qu'un certain charme rural, ce marché du goût fermier se veut d’abord être un véritable lieu d’échanges entre le public et les producteurs paysans du Pays catalan ! 
La-qualit-----a-se-discute--Photo-JLM-7447--copie-1.jpg
«La vente directe se développe de plus en plus ici, beaucoup de jeunes producteurs y viennent car ils trouvent les avantages de cette relation directe avec le consommateur tant sur un plan humain que financier.« Déclare Alenka Mas du (Centre d'Initiatives pour Valoriser l'Agriculture et le Milieu rural) CIVAM.
«Ce qui plaît dans ce marché, c’est sa convivialité, ce plaisir que chacun saisit à flâner à prendre son temps… et puis ce dialogue et cette relation de confiance que les gens recherchent avec le producteur.» La Fête Nationale espagnole avait poussé de très nombreux catalans du Sud à se rendre à Castelnou. Dans les allées, une dizaine d’étudiants de BTS Technico-commercial du Lycée Agricole de Théza sondaient les visiteurs sur les motivations de leur venue, leurs avis sur l’accessibilité ou le choix des lieux…dans le cadre d’une enquête consommateurs pour bien cerner les attentes. Pendant que Tradiaspres proposait aux enfants de confectionner des instruments de musique avec du roseau, «El nino de los Reyes» et le groupe jazzy «Blue Goose" égayaient les oreilles musicales des passants… Sur les coups de midi, des effluves de grillades apostrophaient moultes papilles alléchées. Ce rendez-vous est aussi pédagogique. Il permet à ces paysans passionnés de tenter de réapprendre aux citadins les liens entre la terre, la nature et ce qui est dans leur assiette…Enfin, préserver l’environnement, passe sans nul doute par de profonds changements de comportement. N’est-ce pas avant tout préférer consommer les bons produits locaux ? Ne faut-il pas trouver là, la quintessence de l’esprit qui anime les organisateurs de cette admirable fête du goût fermier ?

 

Repost 0
Published by Jean-Luc MODAT - dans TERROIRS
commenter cet article