Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 09:36

Quelques mois après les Municipales, l'apparentée Parti Communiste Monique Decriau, en charge de la vie des quartiers, a démissionné de ses fonctions d’adjoint suite à « une série de désaccords avec le maire ».

Datée du 1 Octobre, Monique Decriau adressait au Maire René Olive, sa lettre de démission «pour des raisons personnelles» mais « abondamment inspirée par une série de désaccords profonds apparus avec le Maire », reprend la principale intéressée. En fait, les tensions sont apparues dès après l'élection municipale du 7 mars 2008. «Vous m’avez attribué la vie des quartiers, j’ai pris à cœur le travail que vous m’avez confié. » Relate l’ex adjointe. Elle énumère les différentes actions et rencontres qu’elle a mené avec les partenaires sociaux, les associations, les populations HLM… «J’ai élaboré ensuite avec la commission de la vie des quartiers, élus et thuirinois, un questionnaire afin que la population s’exprime et que des réunions soient organisées pour créer des Comités de quartier à démocratie participative. Ce questionnaire a été discuté, modifié puis validé par vous-même. » Rappelle Monique Decriau. Mais plus loin le ton semble se durcir : «Votre fonctionnement à virevoltes permanentes, le refus de vous trouver en réunion en ma présence et les seuls arguments qui ne sont que de la grossièreté, ne me permettent pas d’entreprendre un travail crédible vis-à-vis des thuirinois.  C’est pourquoi, je vous présente ma démission du Conseil Municipal, ce jour, le 1 Octobre. Je regrette d’en arriver à cette décision, la création de comités de quartier à démocratie participative me semblait importante pour l’amélioration de la qualité de vie des citoyens. »  Conclut la démissionnaire. Joint, René Olive a pris le parti de rester muet. Il n’a pas tenu à réagir à cette lettre de démission ni sur le fonds ni sur la forme. «C’est lui-même qui a envoyé la missive à Monsieur le Préfet » dixit l’adjointe à la Culture.

Par la voix de Marcelle Vdovitchenko, la Cellule du PCF s’interroge 

Depuis, cet apparent conflit de personnes a pris une tournure politique. «Une gestion démocratique et participative est-elle possible dans la Municipalité de Gauche de Thuir ? » S’interroge La Cellule du PCF et d’analyser : «C’est en ce sens que nous avions présenté des candidats sur la liste de rené Olive. Notre élue Monique Decriau, adjointe, en charge au sein du conseil Municipal de mettre en place la démocratie participative en direction des citoyens de notre ville, a dû démissionner. » C’est alors que le propos devient acide : « Monsieur le Maire, il faut le dire, marquait son désaccord politique avec cette élue par un comportement autoritaire, grossier, allant jusqu’à nier sa présence et stopper le travail entrepris. Notre élue ne pouvait plus dans ces conditions assurer le mandat qui lui avait été confié.» Est-ce la fin de l’idylle entre le PCF local et le Maire socialiste René Olive ? «Nous constatons que le Maire n’a laissé aucune alternative à notre amie. Elle ne pouvait que se soumettre ou se démettre. » Et d’enfoncer le clou sans retenue : «Nous déplorons qu’un élu socialiste (Maire, conseiller Général) agisse de telle sorte. Avoir une approche plurielle d’une gestion municipale ne peut se faire que dans le respect mutuel. » Pourrait-on imaginer  René Olive rester impassible, sans réactions ? A suivre…

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Luc MODAT - dans SOCIETE
commenter cet article

commentaires