Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2007 1 02 /07 /juillet /2007 07:57
Fabuleux destin de Jahloul Bouchikhi alias CHICO

Il est optimiste ! Pourtant la vie ne l’a pas épargné… Il a toujours su rebondir face à l’adversité entre assassinat par méprise de son frère, Ahmed Bouchiki en 1973 à Lillehammer par le Mossad, et périodes de doutes et vache maigre… Chico Bouchiki, est né à Arles en 1954 dans une famille modeste. Son père marocain est maçon. Sa mère est algérienne. Très tôt, ce rebelle n’éprouve aucun intérêt pour l’école…au grand désespoir de ses parents. Rencontre avec Chico d’avant concert…
Chico-Ambassadeur----l-UNESCO-pour-la-Paix--Photo-jean-Luc-Modat-06-21-73-02-75-.jpg

© copyright Jean-Luc Modat 06-2007
Le destin est curieux. Le
petit Bouchikhi fait la rencontre par hasard à 12 ans de Canut, l'un des fils Reyes. Ce jour là, Chico fait son entrée dans la famille de José
Reyes.
Vite adopté, il épouse la culture gitane et la musique et la carrière que l’on connaît. Ce gitan beur est aujourd’hui exemple de tolérance au delà des communautés et des cultures. Qui a oublié les affrontements inter communautaires entre gitans et maghrébins à Perpignan en hiver 2005?  «Le respect c’est la base de tout, respect de soi et celui des autres pour vivre ensemble. Je suis un symbole un exemple je crois, victime dans ma chair par l’assassinat par méprise de mon frère. J’ai pardonné à ceux qui l’on fait il n’y a que dans le pardon qu’on peut se reconstruire. » Il est devenu en 1995 envoyé spécial de l'UNESCO pour la paix…  «Aujourd’hui franchement je ne regrette pas ma démarche. Elle n’apporte que du bonheur autour de moi.  Le malheur apporte du malheur. Je suis très heureux d’avoir effectué ce choix. » Lance-t-il enthousiaste. Toutes les grandes causes ont leur part d’utopies, le courage, c’est de s’obstiner pour qu’un jour elles deviennent réalité ! Dans une société où chacun tend à se refermer sur lui-même, à ne plus se préoccuper de l’autre, Chico insiste : »Il faut se servir de cette image des Gypsies ! On peut arriver à se comprendre, à s’apprécier. Aujourd’hui, moi le maghrébin et eux les gitans, faisons de la musique ensemble. N’est-ce pas le plus beau des dialogues ? » Le regard quoique noir de Chico dégage une immense bonté. Chantre de la tolérance il déclare : »Il ne faut pas essayer de mettre des barrières entre les hommes. Bien au contraire, il faut établir des passerelles humaines et culturelles… Avoir un regard qui va au-delà. La vie est belle elle mérite d’être vécue, d’être partagée et non détruite. »Il reprend par un « Aimez vous les uns les autres ! » À l’adresse de tout un chacun.     

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Luc MODAT - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires